Chemin des Puisatiers, 4 - 4431 Loncin 0467/05.91.95
Parlement de Wallonie, Question écrite
Question écrite à Monsieur Pierre-Yves JEHOLET, Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation au sujet de l’opération « coup-de-poing pénurie ».


Question écrite du 12/02/2019


Les articles dénonçant la pénurie de travailleurs qualifiés se multiplient. Un peu partout, l’aporie de main-d’œuvre est déplorée. 

Pour y remédier, Monsieur le Ministre a mis en place l’opération « coup-de-poing pénurie ». 

Voudrait-il me préciser quel est le public cible de cette opération ? S’adresse-t-elle, en premier lieu, à un jeune public ? Les candidatures de ces derniers seront-elles prioritairement retenues au détriment des seniors désireux de se former ? Quelles seront les conditions d’accès aux formations ? La recevabilité d’une candidature sera-t-elle évaluée sur base de critères objectifs ? Par qui ? Le FOREm ou l’entreprise ?

Compte tenu du fait que chaque firme possède ses propres spécificités, ne craint-il pas que les enseignements acquis soient inadaptés à d’autres entreprises, fussent-elles du même secteur d’activités ? 

Comment conçoit-il l’organisation concrète de ces formations sur mesure ? A-t-on, dans un souci d’efficience et afin de faciliter le travail des formateurs, prédéfini un panel de formations sur mesure ? Où en est-il dans sa concertation avec le FOREm sur cette question ? 

À l’issue d’un stage réussi, l’entreprise bénéficiant de l’opération « coup-de-poing pénurie » serait tenue d’engager un minimum de 80 % des lauréats. Est-il prévu que la mise à l’écart des 20 % restants soit dûment justifiée par l’entreprise ?


Réponse du 06/03/2019


L’objectif des actions « coup de poing pénuries » est de répondre aux besoins d’une entreprise ou d’un groupe d’entreprises par le biais d’une formation sur mesure, réalisée en partie directement au sein de l’entreprise. 

Dans le cadre des opérations « coup de poing pénuries », la sélection des candidats demandeurs d’emploi s’opère conjointement entre le FOREm et l’entreprise. Tout demandeur d’emploi est donc effectivement susceptible d’être sélectionné, quel que soit son âge. 

Des tests standardisés (compréhension à la lecture, quatre opérations de base, et cetera) peuvent être préalables à l’entrée en formation, cela dépend des prérequis nécessaires au bon suivi de la formation. Une visite médicale peut également être prévue.

Si les tests sont réussis, les candidats rencontrent un formateur du FOREm pour un entretien de faisabilité. Ce dernier vise à s’assurer que : 
1) Le projet de formation est réaliste ; 
2) Le projet de formation est faisable, ici et maintenant ;
3) Le candidat est motivé. 

Cet entretien vise également à s’assurer que les candidats sont conscients des changements qui vont s’opérer dans leur vie suite à cette formation : bonne représentation du métier, mobilité, et cetera. 

Concernant la mise en œuvre concrète de ces formations, un process a été établi en partenariat avec le FOREm et les secteurs professionnels. Ainsi, la collaboration entre le FOREm et l’entreprise se traduit dans chaque étape : 
1) La première rencontre vise à définir les besoins en termes de nombre de postes à pourvoir et de compétences à acquérir ; 
2) La deuxième rencontre a pour objectif de décliner le programme de formation, c’est-à-dire, notamment, ventiler les actions de formation entre FOREm et entreprise, définir le planning prévisionnel des actions, et cetera ; 
3) La troisième rencontre quant à elle concerne la signature de la convention entre le FOREm et l’entreprise, une fois que tous les paramètres ont été définis ;
4) Enfin, des réunions de suivi régulières sont organisées afin de s’assurer de l’évolution des stagiaires et de la bonne mise en œuvre de l’action.

Il est évident que dans un souci d’efficience, le FOREm part des programmes de formation qu’il met en œuvre et les personnalise aux réalités des entreprises. C’est indispensable afin d’établir un programme de formation cohérent et identifier les moments de formation où il sera le plus opportun que les stagiaires soient en entreprise. 

L’entreprise s’engage à embaucher au moins 80 % des candidats ayant réussi leur formation. Il ne lui est pas demandé de se justifier pour les 20 % qui ne seraient pas engagés. Je rappelle par ailleurs qu’en accueillant des stagiaires au sein de son entreprise, l’employeur contribue activement à leur formation et y dédie du personnel et du matériel. 

C’est le FOREm qui, en collaboration avec les secteurs, met tout en œuvre pour que les candidats ayant réussi, mais n’ayant pas été engagés, se voient proposer d’autres opportunités d’emploi. Les secteurs mobilisent les entreprises et les conseillers entreprises du FOREm transmettent des offres d’emploi. Enfin, le FOREm leur propose également, si nécessaire, un module de recherche active d’emploi au terme de leur formation. Pour rappel, s’agissant de métiers en pénurie, les opportunités d’emploi sont nombreuses.
0